Paroles de Pros

Incontournables d’une manifestation réussie, les prestataires de l’événementiel rivalisent d’imagination et de savoir-faire pour optimiser chaque opération.

Par Martine Léonard

En quoi consiste votre activité ?

Thomas Menguy, directeur du développement commercial de Novelty : Novelty est prestataire technique audiovisuel et fournit un savoir-faire et un accompagnement sur-mesure en vidéo, son, éclairage, structure scénique, distribution électrique. La société exerce trois métiers : la prestation de services, la location de matériel audiovisuel, l’ingénierie, la vente, l’installation et la maintenance de systèmes audiovisuels. Novelty accompagne ses clients sur tous leurs événements à travers ses agences de Paris, Cannes, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Monaco, Bruxelles et Londres.

Alain Marcotullio, président des Traiteurs de France : Les Traiteurs de France est un collectif de 36 maisons organisatrices d’événements, réparties sur l’ensemble du territoire national, toutes leaders dans leur région. Ce réseau permet à toute entreprise de s’appuyer sur l’un de nos adhérents en s’assurant qu’un partenaire accompagne sa réception grâce à plusieurs indicateurs, notamment la certification internationale de la filière événementielle ISO 20121 (l’ensemble du réseau est certifié), l’assurance d’une création gastronomique de choix au travers du Chef Lab, une cellule de créativité dédiée aux 60 chefs des maisons (cuisine et pâtisserie), l’accompagnement d’une structure commerciale dédiée aux projets d’envergure.

Philippe Pasquet, directeur général de GL events Exhibitions (groupe GL events) : GL events Exhibitions est un pôle d’organisation de salons professionnels et grand public (le groupe réunit trois métiers très complémentaires, installation et services pour l’événementiel, gestion de sites et prestations). Aujourd’hui, nous devons être de plus en plus expérimentés dans l’organisation des salons, mais aussi dans les métiers dans lesquels ils s’inscrivent. Nous devons aussi mettre en synergie des expertises complémentaires issues du groupe ou de l’extérieur. Il s’agit, à la fois, de concevoir les événements et de coordonner l’ensemble de fonctions spécialisées, tels que le marketing, de plus en plus digital, la communication, la logistique…

Bertrand Dubus, président d’Aktuel : le métier d’Aktuel (implantés à Paris, Cannes et Marseille avec 20 000 m2 de stock) est d’aménager des espaces de convivialité et d’émotion. C’est le comptoir des bons espaces. On trouve forcément son bonheur chez nous, la bonne solution d’aménagement pour chaque rencontre professionnelle. Nos produits sont pensés pour créer de la convivialité, imaginer des espaces de rencontres humaines, penser l’aménagement en fonction des participants. L’émotion est notre ADN.

Eytan Victor de Almeida, directeur du développement événementiel de Mahola Hôtesses : Nous mettons à disposition du personnel pour l’accueil événementiel, en entreprise, retail et aéroportuaire, au cours, généralement, d’opérations ponctuelles, mais pas toujours. Ainsi, nous intervenons dans des événements sportifs ou des salons comme Maisons & Objets, le salon de l’Aéronautique du Bourget, le salon de l’Agriculture ou Vinexpo à Bordeaux. Mahola Hôtesses, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 28 M€ l’an dernier, emploie 700 personnes (en équivalent temps plein) et dispose d’un vivier de 5 000 salariés actifs.

Ségolène Durieux, responsable marketing et communication de 4 roues sous un parapluie : 4 roues sous 1 parapluie propose une palette de prestations originales autour de la 2CV et de l’art de vivre à la française. N°1 des rallyes et escapades en 2CV, nous concevons des prestations sur-mesure, offrons une qualité de service irréprochable, et faisons vivre à nos hôtes une expérience inoubliable. Au programme : rallyes et team building en 2CV, escapades insolites en 2CV à la
(re)découverte du patrimoine, transferts sur-mesure, opérations de communication, road shows.

Romain Nony, directeur commercial de Eclairis : Eclairis est, depuis plus de 14 ans, spécialisée dans la mise en lumière, la décoration et les supports de décoration pour l’événementiel. Nos produits phares pour la lumière sont les ballons éclairants, gonflés à l’air ou à l’hélium, pour des usages posés au sol, sur pied, suspendus ou flottant dans le ciel. Côté décoration, nous sommes spécialisés dans les mobiliers lumineux, les tubes et cercles leds, les sphères miroirs. Et, pour la signalétique et les supports de communication, outre la possibilité de personnaliser nos solutions d’éclairage et de décoration à la location, nous fabriquons des ballons publicitaires, des ballons foule, des ballons sac à dos, des structures gonflables (stands et PLV, reproduction 3D).


Tristan Verdier, CEO de Eventmaker : Eventmaker est une plateforme de gestion d’événements en ligne. Nous aidons les organisateurs de salons à créer plus rapidement les outils digitaux de leurs événements (site web, programme en ligne, emails, inscription), et à gagner un temps précieux pour l’organisation, tout en fluidifiant l’accueil le jour J. Nous sommes spécialisés sur les événements de taille moyenne à importante (salons, foires, congrès, événements d’entreprise). Nous travaillons avec environ 20 % des salons en France.

Nadine Rubeus, directrice de La Ligue d’Impro : Spectacle et team building, tels sont les interventions proposées par La Ligue d’Impro. Le premier sert à faire passer le message de l’entreprise au cours des conventions et séminaires. Au cours du second, les salariés s’initient aux techniques d’improvisation pour renforcer créativité, communication, agilité, engagement… Ceci au travers de l’improvisation théâtrale et grâce à des comédiens professionnels.

Amaury Levray, responsable communication Yurplan : Yurplan est une entreprise qui aide et accompagne les organisateurs à gérer leurs événements à 360°, grâce à une plateforme mise à leur disposition en ligne. L’ensemble des solutions proposées visent, avant tout, à améliorer deux grands axes dans le monde de l’événementiel : l’optimisation de l’expérience des participants grâce à la gestion des données avant, pendant et après l’événement, ainsi que l’augmentation de la visibilité grâce à la communication et la « viralité ». Les organisateurs pourront trouver sur la plateforme Yurplan des outils fondamentaux et indispensables pour tout événement, comme le système d’inscription en ligne ou un logiciel CRM de traitement de données.

Mélanie Vagne et Mathilde Ton That, responsables commerciales Les Coqs en Pâte : Les Coqs en Pâte sont depuis 10 ans une agence de « gamification » événementielle, de création de jeu (conseil, conception et production) 100 % made in France. Grâce à notre studio de game design intégré, nous créons l’ensemble de nos jeux et développons des jeux sur-mesure. Nous accompagnons ainsi des lieux, agences, marques, annonceurs, centres de formation, musées, parcs à thème… Nous intervenons dans les team building, animations de soirée (escape game, jeux interactifs et multi-activité, chasses au trésor, olympiades, enquêtes), serious game, on boarding.

Comment voyez-vous l’avenir de votre profession ?

Thomas Menguy : Cette profession et le secteur de la prestation technique évoluent à travers les nouvelles technologies. Les événements vont devenir de plus en plus connectés et ressemblent de plus en plus à de vrais spectacles. Et puis, l’événementiel se professionnalise dans tous les domaines. C’est un secteur en plein essor qui a un bel avenir, car les marques souhaitent conserver ce lien avec leur public, leur faire vivre des expériences. De même pour l’événementiel utilisé dans le cadre de la communication interne. Quelle que soit l’actualité d’une entreprise, il y aura toujours des rassemblements afin de conserver le lien avec les collaborateurs. En revanche les formats évoluent et deviennent de plus en plus variés.
Alain Marcotullio : Notre profession doit être agile et réactive face aux demandes de plus en plus étendues surfant, à la fois, sur les tendances de la restauration aux multiples offres, mais également sur les moments de consommation de la journée qui se développent. Raison pour laquelle nous avons mis en place le Chef Lab qui permet de nous enrichir tant des nouveaux concepts, mais aussi de les adapter à notre métier qui est, à la différence de celui du restaurateur, de répondre à une demande de volume de couverts servis. Au-delà de cet aspect, nous avons aussi à nous adapter à la livraison rapide en ayant notre propre offre de box ou d’offres à livrer.
Philippe Pasquet : Plutôt bien ! Plus le monde se digitalise, plus la rencontre professionnelle ou grand public prend de la valeur. Un outil qui a une valeur humaine forte est irremplaçable. Mais attention, le développement du digital oblige les professionnels de l’événementiel à faire en sorte que la rencontre ait une raison de se tenir, à lui donner de la valeur ajoutée, du sens. Il ne suffit pas de mettre en relation l’offre et la demande, il faut qu’il se passe quelque chose.
Bertrand Dubus : De manière positive ! Malgré l’essor et l’engouement notable pour le digital, nous croyons profondément en l’Homme, en l’importance de se rencontrer, de trinquer ensemble. L’événementiel, celui qui permet de nous retrouver ensemble a, selon nous, une place essentielle, une utilité évidente et un futur certain.

Eytan Victor de Almeida : En fait, nous assistons à la reconnaissance de la pertinence de notre métier. Avec la digitalisation des accès, l’humain à tendance à céder du terrain ; c’est vrai pour certains métiers (caissière par exemple), moins pour d’autres. Nous devons nous adapter au quotidien face aux nouvelles technologies et aux contraintes clients. Et mener une réflexion sur la place de l’hôtesse et de l’accueil dans l’événement. Un événement qui bouge puisque l’organisation de manifestations en régions explose. Nous devons aussi anticiper ces migrations.
Ségolène Durieux : Le sur-mesure, l’adaptabilité, une grande agilité sont nécessaires pour pouvoir répondre à tous les types de demandes. De plus, un maillage serré de partenariats locaux permet de travailler main dans la main avec des acteurs ancrés dans leur territoire.

Romain Nony : À une époque où le virtuel et le digital envahissent de plus en plus la sphère privée comme la sphère professionnelle, l’événement « physique » gagne en valeur. Il devient, en effet, la seule occasion de communiquer qui offre une vraie rencontre entre les individus, que ce soit pour de la communication en interne, en BtoB ou en BtoC. De plus, l’événement « physique » procure le spectaculaire et les images dont le monde moderne est toujours plus demandeur. Nous pensons donc que notre profession recèle un très bel avenir.
Tristan Verdier : Les organisateurs d’événements sont confrontés à tout un tas d’outils digitaux, individuellement performants, mais assez peu reliés entre eux. Chez Eventmaker, nous pensons que l’avenir de l’« event » software est d’unifier le parcours du participant qu’il soit exposant, visiteur ou speaker, et donner à l’organisateur des clés d’analyse pour détecter les tendances qui feront venir plus de clients, et augmenter le ROI des participants grâce à des outils de mise en relation.
Nadine Rubeus : Si les demandes de prestations de service restent identiques, nous sommes confrontés à une problématique de délais. Concrètement, les clients consacrent moins de temps à la préparation de leurs événements et nous sollicitent avant même d’en connaître précisément la teneur. Heureusement, à l’instar de l’improvisation théâtrale, notre métier nous a rendu réactifs, créatifs et force de proposition ; ce qui nous permet de nous adapter et de répondre aux demandes… Bien entendu, le fait de disposer de plus de temps et de plus d’informations ne peut qu’enrichir la collaboration avec nos clients.
Amaury Levray : Le marché de l’organisation d’événements est en pleine expansion. L’innovation est le driver principal de ce secteur qui impacte la façon de concevoir et gérer les événements mais aussi la façon de les vivre. Pour Yurplan, ces innovations doivent poursuivre deux objectifs. Le premier est d’amener davantage d’intelligence auprès des organisateurs, grâce au recours à des assistants personnels performants, les libérant de toutes les tâches sans valeur ajoutée. Le second est d’améliorer l’expérience vécue, en multipliant les interactions et les émotions partagées entre les individus, sans que jamais leur relation à l’outil ne vienne interférer leur relation aux autres.

Mélanie Vagne et Mathilde Ton That : La communication par le jeu a le vent en poupe et permet de voir positivement le futur de la profession. Les événements poussent toujours plus loin les concepts expérientiels, d’hybridation (liant la technologie et l’artisanat/ le virtuel et le sensoriel), responsables (RSE) et porteurs de sens (solidaires, engagés).

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.